Resident Evil: Apocalypse

kAlexander Witt est le directeur de Resident Evil, remportant quelques prix moins. Resident Evil: Apocalypse reprend l’histoire originale et la continue de la même manière violente, avec Milla Jovovich en grande forme et une interprétation tout aussi bonne.

Le cauchemar ne se termina pas, car le général Caïn ordonna la réouverture de la ruche après qu’il eut auto-goûté pour prévenir la propagation de la maladie. Ce faisant, il a permis au virus de se répandre dans la ville de Raccoon, Alice (Milla Jovovich) étant prise au milieu de toute cette histoire. Maintenant, avec d’autres survivants Jill Valentine (Sienna Guillory), Carlos Oliviera (Oded Fehr) et capitaine ou, Nicholai (Zack Ward), Alice est obligé de se battre pour survivre et échapper cauchemar ville Raccoon. Mais il y a un nouveau danger, celui de Matt Addison, qui a subi des mutations génétiques et s’est transformé en une créature aux pouvoirs apparemment illimités.

lo

En continuant presque aussi bon que le premier film, scénaristes savoir donner Resident Evil: Apocalypse (2004), une action dynamique apparemment lent et le désespoir pour le personnage principal. Cela m’a impressionné une fois de plus comment l’histoire était liée, presque tous les aspects de la question recevant les réponses bien méritées.

J’ai aimé le film en 2002, peut-être parce que l’idée était aussi originale qu’elle l’était. Dernière partie de 2007, je peux dire que j’ai aimé le plus, mais je reviendrai avec un article sur ce sujet dans les plus brefs délais, d’ici là je recommande que si vous l’avez manqué, cherchez Resident Mal et regardez-le, surtout si vous êtes un fan d’horreur.