dEn entendant parler de ce film, j’ai décidé de le regarder et de voir ce qu’il y avait sur sa tête. Réalisé par Paul W.S. Anderson, ce qui a également dirigé AVP: Alien vs. Predator (2004) et Death Race (2008), Resident Evil est un film assez réussi, un peu exagéré, mais le genre auquel il appartient motive cet aspect.

Un virus s’échappe de l’installation secrète appelée « Stupul », transformant le staphylocoque en zombies affamés et libérant en même temps de nombreux animaux porteurs de mutations génétiques. L’ordinateur qui administre l’établissement isole le laboratoire du reste du monde pour prévenir la propagation de l’infection. Ainsi, la société mère envoie dans l’intérieur une équipe militaire d’élite. Ici, ils rencontrent Alice (Milla Jovovich) et trouve qu’elle souffre d’amnésie due au gaz libéré laborator.Echipa a pour objectif maintenant de fermer l’ordinateur central et quitter l’unité rencontrée sur leur chemin .Sur le chemin Alice zombies mutants commencent pour se souvenir de ce qui s’est réellement passé.

w

Resident Evil est aussi une bonne horreur, alors ne vous attendez pas à la censure dans les scènes les plus actives du film Resident Evil (2002). L’action se déroule dans des enceintes fermées, de sorte que le suspense de l’apparition d’un zombie au coin de la rue vous suit tout au long du film. Bien que je pensais que c’était une misère commerciale, je peux dire que dans une certaine mesure j’ai aimé l’interprétation de Mille Jovovich et que j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les deux suites. Au total, c’est un SF, une bonne horreur, avec une idée de l’originalité.