World Trade Center

Oliver Stone est déjà une personne formidable aux États-Unis et je ne pense pas qu’il devrait mentionner certains de ses films précédents: Alexander (2004), JFK (1991) ou Born on the July 4th (1989). Le World Trade Center était un hommage aux victimes de l’assaut de 2001, mais malheureusement déçu en termes de véracité et, surtout, de réussite artistique. Beaucoup de critiques ont reproché au fait que l’action elle-même est très éloignée de ce qui s’est réellement passé. Je pense qu’Oliver Stone a voulu faire une marque d’optimisme sur cette production, un espoir qu’aucun désastre ne puisse détruire l’esprit américain.

wDans le chaos qui a suivi la catastrophe du World Trade Center, l’espoir est resté vivant. Refusant d’arrêter le terrorisme, les forces de secours et les familles des victimes continuent d’espérer le bien des disparus. Leur mission est de sauver tous ceux qui peuvent être trouvés sous des dilapidations. C’est l’histoire vraie de Josh McLoughlin et William J. Jimenoo, les derniers survivants à vivre dans Ground Zero.

Je dois mentionner qu’une grande partie de ce que j’ai dit ci-dessus n’est pas mon point de vue sur le World Trade Center (2006). Certaines des idées sont prises en charge. Je crois sincèrement que l’attaque était préméditée et que toutes ces personnes étaient des victimes collatérales de guerres plus complexes que la soi-disant «lutte contre le terrorisme». Le film tente de masquer l’ampleur réelle du désastre, mais il y a encore des parents qui ne connaissent rien de leurs proches et qui sont traités avec indifférence par le gouvernement américain, j’oublie d’expliquer le piètre rôle de Nicholas Cage.

v