cxcxcdcLa cinématographie a vu au cours des deux dernières décennies une série de jeux vidéo sur écran. Les productions de ce genre (sinon tous, au moins la grande majorité) étaient de véritables échecs en termes de cinéma, le seul but des routes est la répétition de l’histoire d’un personnage célèbre et éveillent la joie parmi le public. Un par un, des films tels que Super Mario Bros. (1993), Rue figher (1994), Mortal Kombat (1995), Lara Croft: Tomb Raider (2001) n’a pas réussi à impressionner le public par le biais d’un script, d’agir ou de diriger le jeu un peu reconnaissant. Des films comme Hitman (2007) ou Max Payne (2008) terminent la liste des déceptions cinématographiques adaptées aux jeux vidéo.

Prince of Persia: Les sables du temps (2010) ont essayé difficile de franchir la boue où ils sont situés au-dessus des films, ce qui porte au public un acteur en hausse et une foule d’effets visuels destiné à respirer. Le film atteint cet objectif à partir de certains points de vue. Si nous pouvions sortir le scénario chancelant de l’équation, alors nous pourrions peut-être profiter d’un film passionnant dont nous ne pourrions pas détourner les yeux dans ses deux heures. Mais je ne peux manquer de critiquer cet aspect négligé par la grande majorité des cinéastes. Dans un aperçu, Prince of Persia: Les sables du temps (2010) est un film dans lequel parkour, des épées et des poignards essaimage à travers le cadre, en essayant de trouver un but dans l’exécution de l’action entrecoupées parfois avec des plaisanteries d’un qualité embarrassante.

Je suppose que le public cible sont les enfants qui peine mai4651730647 3a3708ef4b m Prince of Persia: Les sables du temps (2010) devant le moniteur pour satisfaire leurs besoins physiologiques et, éventuellement, faire une sieste avant de partir à l’école. Cependant, de nombreux adultes trouveront plus drôles des lignes dures de la princesse Tamina (Gemma Arterton) et Prince Dastan (Jake Gyllenhaal). Si les enfants vont porter des discussions animées sur des sauts (et inutile, je dirais) du prince Dastan, certainement il y aura des adultes qui commenteront les différends entre les deux pion principal (par exemple: « Oh frère qui a soufflé leur nez, mourir l’acte « ). Bien que autour de la princesse Tamina forme une aura de mystère et une vague de compliments destinés à la beauté, le moment, le public subira une déception, ayant des caractéristiques qui il est considéré comme le plus beau dans le pays.

La précision historique est bien sûr pas remplie, mais ce qui importe est que Dastan avec ses deux fils le roi Sharaman (Pickup Ronald), GARS (Toby Kebbell) et Tus (Richard Coyle) parviennent à laiton de siège avec des armes de capture plan forgé dans cet endroit. Plus tard, il se trouve que ce n’était qu’un prétexte invoqué par Nizam (Ben Kingsley) pour 82fa125ca7 m 4652347844 Prince of Persia: Les sables du temps (2010) saisir un poignard avec des pouvoirs extraordinaires. Dastan est accusé d’avoir tué le roi et s’échappe pour sauver sa vie et prouver son innocence. Aidé par la Princesse Tamina, il entreprend un voyage à la fin duquel son innocence est reconnue.

Dague devient le motif central du film, beaucoup de personnages étant Agren à la recherche et la capture des objets mystiques dont l’utilité peut être trouvée en possession du pouvoir en Perse, et pourquoi pas, même dans le monde. Le film est une parabole de la lutte des gens pour le pouvoir et en même temps critique l’avidité et la trahison, en promouvant la bonté et l’honneur des hommes.

Après des films comme Quatre mariages et un enterrement, Donnie Brasco et Harry Potter et la coupe de feu directeur Mike Newell a fait une production spectaculaire qui saute, rebondissements et batailles chaotiques sont des éléments de compensation pour un scénario fragmenté. En ce qui concerne les producteurs, Prince of Persia: Les Sables du Temps (2010) est toujours un projet d’audience de l’aimant projeté.