mpPourquoi moi? C’est la question sous-jacente à toute l’histoire, et la réponse est plus qu’édifiante. Il est difficile de raconter une affaire aussi médiatisée que celle du procureur Panait, de comprendre toutes les implications ou au moins de les intimider. Il est encore plus difficile de transposer sur le grand écran une histoire aussi déchirante pour le personnage central. Il est presque impossible de faire comprendre au public le drame que le procureur Cristian a traversé pendant le drame dans lequel le seul à venir était le professionnalisme. Tudor Giurgiu transposé à l’écran l’histoire tragique de l’homme qui doit faire face à bien ingénuité système ramifié et structuré, un système peut essentiellement représenté par des personnes capables de la bonne foi. Cependant, il y a des éléments hautement corrompus dans ce système qui feraient n’importe quoi pour éliminer le danger. Et le procureur Cristian avait danger, l’équité, son professionnalisme et l’esprit de justice quelles que soient les conséquences a attiré l’attention des mauvaises personnes.

J’ai attrapé le grand écran l’histoire d’un jeune magistrat en début de carrière, un homme ambitieux qui a mis une première carrière et ferait tout pour le concept de la justice. Ce serait une question qui peut-être ses supérieurs ont considéré quand ils ont attribué un nom de fichier implique un procureur soupçonné de corruption, un personnage haut en couleur et une expérience dans la douzaine de travail années. Cristian (Emilian Oprea) semble déterminé à mettre fin à l’affaire, mais que l’enquête progresse, estime qu’il ne peut pas trouver des preuves concluantes et des témoignages des personnes impliquées étaient contradictoires. La pression exercée par ses supérieurs pour porter l’affaire à l’étape suivante du processus pénal ne fait qu’exposer le procureur de la cause à un énorme dilemme moral. À ce stade, Cristian estime que leurs intérêts ne sont pas sur la même longueur d’onde que la sienne, et sources d’information découverts par la suite peu orthodoxe confirme que derrière le procureur corrompu que l’enquête était un véritable réseau de corruption, avec des ramifications dans les zones du plus haut. Décider de ne pas obéir à la volonté de ses supérieurs Cristian lui a déclaré impuni celui qui l’a suivi, ce qui incite sans fureur consciente des personnages inconnus. A partir de maintenant commencer une véritable campagne pour le discréditer, d’envoyer en congé sans qu’il ait fait une demande à cet effet et se terminant par son enquête pour avoir commis des crimes. Cristian sera confronté à des problèmes qui n’a pas été rencontrés jusqu’à présent et ses proches prieteniii se rendent complices du jeune procureur qui serait totalement détruit.

lo

Pourquoi moi? Pourquoi quelqu’un assignerait-il un dossier aussi complexe et dangereux à un jeune procureur ayant une expérience plutôt limitée? La production est réussie pour expliquer tous les aspects possibles de l’histoire de Cristian, une véritable tragédie qui symbolise le fonds de base de combat avec une partie d’un système corrompu qui conduit ombre entreprise diversifiée pour le profit. Mais le malheur de la corruption est le dévouement de Cristian à sa profession, le fait qu’il n’est pas gêné par la grandeur de certains personnages impliqués dans le dossier qu’il étudie. Mais à un moment donné, la résignation, une démission doublée d’un fort sentiment de peur, intervient. Le procureur scanne des informations provenant de sources obscures et découvre que le dossier implique des suspects et des individus. Son pouvoir est limité, et le geste de ne pas être subordonné aux intérêts de ses supérieurs est celui qui le met au centre de la campagne de discrédit. A partir de ce moment, une série d’attaques personnelles pénètrent dans les détails les plus intimes de la vie du magistrat; la pression psychologique est immense pour Cristian.

La production de Tudor Giurgiu laisse de nombreuses interprétations, et la véracité de certaines scènes est plus que touchante. Il est impossible de ne pas sympathiser avec le procureur Cristian, et en ce sens la scène finale est une sorte de couteau retourné à la blessure. Très peu de gens savaient ce qui se passait avec le jeune procureur, et toute aide qui aurait pu venir des proches aurait été inutile pour les problèmes existentiels de l’homme menés par le concept de justice.