hjLes quatre cents coups ou roumain, The 400 hits, est l’un des chefs-d’œuvre classiques du film européen. Réalisé par François Truffaut et mettant en vedette Jean-Pierre Léaud dans le rôle titre, le film a été confortablement installé à la première place parmi les meilleurs films français de tous les temps, faites par le journal Le Monde en 2001.

Le héros de l’histoire est Antoine Doinel (Jean-Pierre Leaud), un garçon qui est sur le pont entre la puberté et l’adolescence. Vivre dans une famille dysfonctionnelle, la mère et le père en faisant valoir tous les jours et ont de nombreux problèmes non résolus, Antoine se sent négligé et commence à avoir des difficultés d’apprentissage à l’école. En fait, il est préférable d’obtenir leurs parents d’attention et d’être en vie est le fils et courir loin de la maison semble l’aider, parce que, après cet acte sa famille semble réunir à nouveau, mais bientôt le retour de la situation où il a commencé, et Antoine décide de la quitter et de la famille et de vivre avec un ami avec qui il se consacrer à une vie de crime, mais il sera pris et prendra fin dans un centre de détention pour jeunes délinquants. Les Quatre Cents (1959)

Le premier film de François Truffaut que nous avons vu sur le appelions pianiste Tirez, qui fait un an après Les quatre cents coups, et je pouvais remarquer encadrer l’intelligence de celui qui est devenu une sorte de marque de son. Ils sont présents ici et que le travail Truffaut avec un décor petit et simple, le film est inspiré d’un sentiment d’intimité, ce qui nous aide à mieux avec le relions personnage principal et de comprendre plus facilement les problèmes auxquels ils sont confrontés. Je dois admettre que la dernière scène du film est merveilleusement bien mise en scène. elle passe en cours d’exécution prison Antoine, paysage si vite, ce regard qui nous dit clairement que le héros est un objectif vers lequel se précipite et fin majestueux bâtiment avec une grande qui est protagoniste dans les yeux de la métaphore de la liberté éphémère dont il est lui-même conscient, mais dont il jouit comme s’il était le dernier moment de sa vie. Ce film mérite sa réputation de chef-d’œuvre avec subtilité exquise Léaud des questions Truffaut et adresses telles que la charge d’être un enfant unique, confinement et faits parentaux répercussions sur les enfants.

Nominé à Oscar en 1960 – Meilleur scénario original (François Truffaut, Marcel Moussy)