Les genres cinématographiques sont le sujet primordial du cinéma et/ou la façon de le traiter. Évidemment, un cinéma est modérément interprété à un seul et unique concept et les productions éminentes transforment fréquemment les genres. Voyons dans cet article les différentes esthétiques cinématographiques, notamment le film d’aventure et le film d’auteur.

Qu’appelle-t-on genres ou esthétiques cinématographiques ?

Les genres cinématographiques se définissent comme étant les techniques employées pour la réalisation de film. Au départ, il s’agissait notamment d’images tournées successivement, en vue d’offrir un effet de mobilité. Ici, on utilise des mouvements en patte façonnée, comme c’était le cas avec « Wallace et Gromit », ou des procédés de silhouettes chinoises, comme avec « Aventures du Prince Ahmed », mais surtout des procédés digitaux pour le montage de film ou pour la conception ainsi que la réalisation de tout le film en 3D, avec des effets hyperréalistes, comme c’est le cas avec « Final Fantasy » et « Shrek ». Parmi les nombreux genres cinématographiques (film d’aventure, film d’auteur, burlesque, comédie, comédie musicale, drame, fantastique, guerre, historique, kung-fu, péplum, politique, science-fiction, série télé et western), découvrons le film d’aventure et le film d’auteur.

Le film d’aventure

Le film d’aventure ou d’action est caractérisé par une succession continue de décors d’action qui balancent fréquemment le dénuement et les excentricités du synopsis. En plus des envoles et des ornements à budget élevé, le héros « surnaturel » et inusable est l’un des apports indispensables de ce courant cinématographique. Audacieux mythique, vaillant paladin, chercheur aventureux, commando d’élite…, il ne s’embarrasse pas de finesses intellectuelles ni d’états d’âme. Il commence par abattre, avant de réfléchir. En plus de son allant spéculatif, le film d’aventure est également thérapeutique pour ceux qui le regardent. Le héros va se venger des iniquités, punir les odieux et défendre l’univers du chaos…, et tout cela, sans que sa coiffure se défasse. « Robin des Bois », « Les aventuriers de l’Arche perdue » et « James Bond 007 », par exemples, sont des films d’aventure ou d’action que vous pourrez revoir dans les salles cinématographiques.

Le film d’auteur

Même si la détermination du film d’auteur est très particulière et exclusive, il n’en reste pas moins une esthétique cinématographique captivante. Dans ce genre de cinéma, le vrai sujet est l’auteur lui-même et sa conception de l’univers. Le thème, lui, demeure alors quasi secondaire. Qu’il s’agisse d’un film de science-fiction ou d’un film policier, l’auteur nous convie, avant tout, à suivre son inspiration privée ainsi que son fil d’Ariane. « Inconcevable » et « insoutenable », tels sont les qualificatifs qui peuvent résumer ce courant cinématographique. Qu’on y rentre ou non, ici le terme « 7ème art » prend sa signification. Par ailleurs, un cinéma expérimental est celui d’auteur, mais pas vraiment « mur ». « L’âge d’or », « Brazil » et « The Big Lebowski », par exemples, sont parmi les films d’auteur qui ont été diffusés dans les salles cinématographiques.