Fin du tour de garde

kDans les films d’outre-mer, le copisme est souvent le sujet d’inspiration pour les scénaristes; que nous parlons de simples policiers ou détectives placés dans des situations plus dangereuses (sans parler du FBI – une source infinie de films pour un public captivé par des explosions et des actions illimitées), ce thème fascine précisément à cause des perspectives histoires uniques. En fait, nous avons aussi un genre pour les fans, un genre de milliers de films et de séries raisonnables qui prêchent seulement l’esprit de justice que chaque législateur devrait régner. The End of Watch change l’angle de vue du travail policier et attire l’attention sur deux avocats nés pour porter l’uniforme. Leur vie tourne autour de la loi, et la passion qu’ils démontrent chaque jour au travail les met sous les projecteurs, une lumière positive pour les citoyens ordinaires, mais négative du point de vue des criminels déracinés. End of Watch, réalisé par David Ayer – le même homme qui a apporté le grand écran et Street Kings, dont Keanu Reeves est le leader, est un très bon film qui illustre bien plus que la passion de certaines personnes pour leur travail; au-delà de tout, il y a un style de vie centré autour de l’uniforme que les deux personnages principaux sont si fiers de porter.

2 flics. Une voiture Justice tout inclus

Brian Taylor (Jake Gyllenhaal) et Mike Zavala (Michael Pena) sont deux simples agents de police dans une société de lutte contre la drogue, le crime et le crime de sang froid qui ne respecte pas la loi. Dans cette société décadente, Brian et Mike sont deux apôtres de la justice, deux personnes qui risquent leur vie pour nettoyer les rues des criminels. Mais ce travail n’apporte pas la satisfaction nécessaire, surtout dans le cas de Brian en particulier. Ces derniers insistent pour faire le travail d’un détective et entrer dans les affaires du FBI, en contact avec le terrible cartel mexicain. Comme les deux policiers ne reculent pas devant la loi, les exécutions ne tardent pas à être exécutées pour leur tête. Brian Taylor et Mike Zavala se réveilleront dans une lutte pour la survie, dont un seul pourra s’échapper.

Fin de la montre. Un titre suggestif pour un film exceptionnel.

Si nous parlons de films d’action, cela signifie également des explosions, des poursuites spectaculaires entre la police et les criminels et ainsi de suite. Mais The End of Watch sort un peu de ce stéréotype un peu agaçant. Brian Taylor enregistre toute son activité vidéo afin de réaliser un projet sur son travail. Brian, sans le vouloir, documente une activité moins connue aux yeux du public, et nous montre ainsi la vie d’un policier dans la patrouille de banlieue. Les situations à travers lesquelles les deux policiers passeront finiront par culminer avec une scène extrêmement spectaculaire mais dramatique pour les deux personnages principaux. Cette scène est destinée à vous amener les pieds sur terre et à vous montrer que même les meilleurs sont finalement ravagés par les forces du mal.ki

End of Watch illustre également l’étroite amitié entre Brian et Mike. Au-delà des familles, des vies personnelles hors service, les deux se comportent comme des frères de sang, chacun défend le dos de l’autre, et leur travail repose sur cette étroite collaboration. Quand il s’agit de la lutte entre le bien et le mal, la personne à côté de vous, qui peut faire la différence entre la vie et la mort, lorsque le pistolet est dirigé vers le temple, est très importante. Tous les deux se sauvent la vie, pour que le lendemain se comporte comme si rien de spécial ne s’était passé. Cette dimension très personnelle fait de End of Watch un film visuel et émotionnel spectaculaire. La scène finale sera pour les spectateurs remplis d’histoires comme un poignard au fond de la poitrine.

Je ne peux que recommander la fin de la montre et j’espère que la regarder se terminera avec la même sensation que pour moi. C’est un film interdit aux moins de 18 ans (scènes parfois trop dures pour n’importe quel film), mais c’est aussi une partie du succès que j’espère profiter de la production de David Ayer. Nous ne pouvons pas avoir un film complet si nous ne nous concentrons pas sur chaque détail.