Avec un sujet usé à la limite de la saturation, Contagion apparaît sur le grand écran avec une distribution spectaculaire qui attire inévitablement votre attention. Le risque imposé par l’objet probablement conduit de nombreux amateurs de cinéma en face du billet de cinéma, la raison de cet exode est dans une certaine mesure justifiée. C’était un mouvement inspiré par les producteurs, à première vue la contagion ne brille qu’à travers le prisme des grands noms impliqués. Mais l’agréable surprise du film de Steven Soderbergh était précisément le scénario parfait à tous les points de vue; Bien que nous aurions attendu de nombreux stéréotypes du genre, Contagion émerge rigoureusement en termes de réalisme de l’histoire. Nous aurions pu attendre un drame exagéré sur des scènes apocalyptiques de style Michael Bay qui préfèrent détruire la planète avant de finir le film. Contagion ne satisfait pas heureusement, les plaisirs sales du ventilateur action publique totale et cet aspect donne un indice de la production de l’art. Matt Damon brille comme un père désespéré, capable de défendre sa fille à tout prix. On ne voit pas un Matt Damon violent, dont le rôle est totalement opposé à celui de la série The Bourne; aucun kilogramme supplémentaire ne le permet plus. Que nous parlions de poids (masse, si nous sommes rigoureux et omniscients), ni Laurence Fishburne n’est d’accord. Le temps s’est écoulé dans lequel il a impressionné par la force physique, le rôle de Contagion étant une partie essentielle de toute l’histoire. Kate Winslet a une bonne apparence, mais son personnage a une fin imméritée dans le large contexte d’action.

Le virus, le «héros» central du film, émerge rapidement dans le fil épique, en spirale d’abord parmi les chercheurs que de grands signes de contagion (2011) question. Comme dans le cas était prévisible, le virus se manifeste d’abord comme une simple grippe n’est pas respectée par les autorités et prend un certain temps pour établir une quarantaine appropriée dans les grandes villes dans le monde entier. Voici le personnage de Laurence Fishburne, en tant que chercheur de héros dont tout le monde attend des merveilles. Au-delà des officiels et des figures emblématiques du domaine, il y a aussi toutes sortes de profiteurs du chaos à naître. L’incarnation parfaite de ce genre de personne est le blogueur joué par Jude Law.lo

Contagion présente un monde au bord du chaos, mais tout cela illustration de l’Apocalypse au virus inconnu est fondée sur la réalité qui l’entoure. De vraies scènes nous sont présentées, dans le sens où les producteurs ne sont pas fabuleux avec des images captées par la grandeur et la compétence des studios d’effets spéciaux. La contagion gagne énormément sur le réalisme à travers toute la construction du scénario, mais une grande partie de cette réalité aurait été impossible sans le soutien d’une distribution bien choisie. Sans grands noms impliqués dans ce projet Contagion serait l’un de ces bons films, mais auraient jamais atteint l’attention des amateurs de cinéma dans le monde entier.