Gagner l’Oscar dans la catégorie de la meilleure animation courte en 2010, Logorama est un film sinon passionnant, fascinant en combinant des éléments qui vont au-delà des simples limites d’un dessin animé. Mise en scène un trio de noms plus qu’anonyme pour moi, François Alaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplain, Logorama met en avant un habitants de Los Angeles, les bâtiments eux-mêmes sont remplacés par les plus grandes marques, entreprises , producteurs contemporains. Des organismes d’application de la loi, célèbre Bibendum (pour donner une recherche sur Google), en continuant avec de petite taille Pringles et se terminant par ultracunoscutul McDonald, pas de caractères manquants de l’idéal de cette ville de toutes les possibilités. Bien que l’action réelle suive un jour dans la vie de la foule de Los Angeles, la répartition des personnages dans ces images est intéressante, de même que le résultat apocalyptique et non insignifiant. Bibendums sont l’application de la loi, tandis que McDonald est dépeint comme un méchant, un tueur au sens propre du terme. Cette confrontation entre le bien et le mal nous tient en haleine pendant plus de la moitié du temps alloué à l’action, mais les personnages secondaires sont également intéressants. Drôles sont les personnages de Pringles, qui admettent un peu démodé, « démodé » d’utiliser une expression que je pense que nous avons rencontrée dans Logorama. La vie à Los Angeles est 5451416806 a2ffe015b5 z CineShort Logorama Episode 22 (2009) très bien structuré par les trois directeurs-scénaristes et chaque caractère occupe une place particulière. Le désert amène l’apocalypse à toute la ville qui, après un tremblement de terre, est plongée dans une mer d’huile. Je ne pense pas que ce soit une coïncidence que l’huile ait été introduite dans le paysage, tout comme les deux derniers personnages qui survivent au cataclysme ne sont pas choisis au hasard. Je regrette de ne pouvoir comprendre tous les substrats de cette histoire, car de nombreuses marques de raccourci sont spécifiques aux États-Unis. En tout cas, Logorama est une animation délicieuse et je la recommande pour la visualisation.